Après l’obtention d’un DNSEP en 2011, Marie Labat choisit d’exploiter la ferme familiale. C’est une préférence de vie mais également un choix artistique. Elle est à la fois artiste, agricultrice et commissaire d’exposition à l’initiative de l’événement Rapprochement (rencontre entre l’art contemporain, le monde de l’agriculture et le milieu rural). Cette exposition collective à ciel ouvert présente des œuvres in situ à l’échelle du territoire. Elles sont installées sur plusieurs exploitations agricoles formant un parcours de ferme en ferme.
Marie Labat est une artiste du monde rural. Elle connais les objets, les matériaux et les formes empruntés à l’activité humaine de la terre dans un paysage de campagne. Les outils présents et utilisés dans son travail sont en lien avec son milieu d’expression : la campagne. Les formes agricoles ou rurales suggèrent toujours l’idée d’un parallèle entre l’Homme possesseur et l’Homme objet. Les espaces ruraux sont riches d’une multitude de matières, d’un contexte socio-politique et de nombreuses histoires. Dans son travail, ces éléments sont un prétexte pour aborder les états de soumission et d’émancipation. Notre conception de la nature traduit notre culture, notre humanité.

Les matières, les formes présentes sur un territoire travaillées par les habitants sont les matières premières de sa création. L’artiste apprend à reconnaître ce qui constitue l’individu, notamment par les objets, les histoires collectives ou personnelles. Marie Labat s’approprie leur plasticité. Elle teste des hybridations entre objets, symboles, ouvrant sur de nouvelles images qui mettent en évidence notre condition liée à nos comportements, nos frontières, notre capacité à nous émanciper. Elle les détourne avec pour objectif de nous renvoyer à notre identité, notre place au sein de la société. S’ouvre alors une nouvelle mythologie en forme de révolte poétique et parfois humoristique.

Marie Labat est une artiste du monde rural. Les espaces agricoles sont riches d’une multitude de matières, d’un contexte socio-politique et de nombreuses histoires. Notre conception de la nature traduit notre culture, notre humanité.

 

Les peintures

Les formes présentent dans le monde agricole sont détournées graphiquement. Elles s’assemblent  dans une composition qui reprend un signe présent dans l’art paléolithique, vénus. Un ornement se dessine, un art du décor présent dans l’histoire de l’habitation humaine. Le motif raconte une histoire. Il invite au parcours et à la lecture.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les dessins

L’agriculteur prend les traits d’Israel Galvan, danseur de flamenco. Dans son spectacle La Curva il danse le déplacement et l’évolution du Flamenco. Marie Labat a utilisé son image, ses mouvements et des éléments du spectacle. L’agriculteur garde ses attributs, des bottes tachées de liquide blanc, une référence à la production de lait, mais également en tant que symbole de la vie et de la transmission. Les composition soulignent le contexte actuel d’une agro-alimentation destructrice, aux niveaux humain, social et environnemental. Le paysan a besoin de repenser son rapport au monde à partir de ses racines et de ses rites. Les fleurs sauvages sont ses complices dans cette quête. 
Les éléments présents dans les compositions sont des fragments d’images empruntés à différents contextes sociaux, environnementaux ou figures symboliques de l’histoire de l’art. Ils sont assemblés par des associations d’idées, pensées comme des causes à effets, partir d’un milieu et ses échanges avec le monde.
Pour l’artiste, le tissu fait référence aux tapisseries utilisées pour souligner l’autorité des hôtes sur leur territoire et au-delà par la composition d’une narration symbolique. C’est aussi, pour elle, un support d’impression qui évoque la peinture japonaise, Jakuchū entre autres, représentant la nature et les animaux sur le textile. La matière est sensible, douce, intime et légère. L’artiste exprime la position du personnage, agriculteur danseur, pilier des enjeux du changement, en prise entre la douceur naturelle et l’autorité façonnée.

 

 

Parcours artistique

 

EXPOSITIONS PERSONNELLES

2017 • «Adaptation», du 7 février au 25 mars, «le MI[X]» Galerie d’art contemporain de Mourenx (Pyrénées Atlantiques)
2015 • « Nouvelle Réalité » à la maison Automne en Aspe, avec les Pho- nies Bergères, à Osse en Aspe, (Pyrénées Atlantique)
2014 • « Elle et elles » à La Commanderie de Lacommande avec le Conseil général des Pyrénées Atlantiques
2013 • «Passage» à Etsaut (Pyrénées Atlantique) avec «Les phonies ber- gères»
2011 • «Croquante», AFIAC (Tarn) commissaire Patrick Tarres.

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES

2017 • « Rapprochement #2 » parcours de ferme en ferme à Lys (Pyrénées-Atlantiques)
2016 • « Pasabidean » à l’espace culturel Mendi Zolan à Hendaye avec Arcad (Pyrénées-Atlantiques
2016 • «Rapprochement #1» parcours de ferme en ferme à Lys (Pyrénées-Atlantiques)
2015 • « Sans titre 1 » avec Arcad au DIDAM de Bayonne (Pyrénées Atlantiques)
2012 • « Parcours d’artistes » à Pontault Combault (Seine et Marne)
2012 • Exposition avec Maya Andersson du 8 au 15 juin à la chapelle de Saint Loubès (Gironde)
2011 • « Comme si on y était », Ecole Supérieur d’Art des Pyrénées Pau- Tarbes, site de Tarbes (Hautes Pyrénées)
2010 • «Nouveaux Territoires Matérialisés», exposition collective en col- laboration avec l’office HLM de Tarbes (Hautes Pyrénées)

 

COMMISSAIRE D’EXPOSITION

2017 • «Rapprochement #2» parcours de ferme en ferme à Lys (Pyrénées Atlantiques)
2016 • «Rapprochement #1» parcours de ferme en ferme, exposition collective en extérieur sur un territoire rural

 

RESIDENCEs D’ARTISTE

2014-15 • Résidence d’artiste à la maison de retraite Automne en Aspe à Osse en Aspe avec Les Phonies Bergères
2014 • Résidence d’artiste au Domaine du Château de Laàs avec le Conseil Dénéral des Pyrénées-Atlantiques
2013 •Résidence d’artiste à Etsaut avec Les phonies bergères
2009-10 • Résidence d’artiste à Laubadère avec l’of ce HLM de Tarbes