Hydroponie 11, Emmanuel Lesgourgues

4500 

Impression jet d’encre sur papier Museum Canson 315 g/m² contrecollé sur aluminium. Encadrement sur-mesure en caisse américaine blanche, 110 x 147 cm, profilé 0,8 x 4 cm.
Tirage unique.
2020
Œuvre signée, certificat d’authenticité fourni.

En stock

Description

Depuis juillet 2018, il crée des dessins exclusivement sur tablette numérique.
L’approche est similaire à celle du dessin traditionnel : le stylet remplace le crayon, l’écran le papier. En revanche, diffèrent fortement les sensations de toucher dans le rapport à la surface, ainsi que le rapport du dessin à l’espace. La rencontre avec le format que constitue l’écran engage un nouveau protocole créatif. En effet, sur la tablette le dessin ne peut jamais être visible dans sa totalité, c’est-à-dire tel qu’il apparaîtra dans son format imprimé. Le plasticien définit donc en amont le format du dessin final et extrapole, tout au long du travail, le résultat à l’échelle d’impression. Pour cela, il pratique un va-et-vient de zoom avant et arrière à travers la fenêtre de la tablette. Il navigue ainsi entre différentes échelles, dans les limites du format de l’écran. Dans le décalage continu entre projection et réalité, une apparente absence de lien direct avec sa représentation finale et la sensation d’un dessin hors contexte sont ressenties.
L’artiste éprouve aussi le sentiment de se perdre dans l’espace du dessin dans le dessin, de traverser l’écran et d’échapper aux limites du format.
L’utilisation de ce support, en instaurant de nouveaux rapports, ouvre au plaisir d’une création dynamique, à l’expérience d’un continuum de dessin évolutif.

« Ce qui m’importe, ce n’est pas tant de se demander où l’on va que de chercher à vivre avec la matière. »
Le stylet d’Emmanuel Lesgourgues pourrait être guidé par cette affirmation d’Henri Matisse. Car c’est bien la matière, vivante, qui est au cœur de son processus créatif. La répétition obsédante, spasmodique de motifs veut exprimer l’idée d’une matière évolutive, à l’instar des cellules des organismes vivants.
« J’appréhende le dessin comme un laboratoire de découvertes et de curiosités ». Sa syntaxe revendique l’écriture aléatoire, une construction non volontaire, où l’image s’auto-construit, véritable mitose graphique. La fusion cellulaire explore de nouveaux mondes.

Informations complémentaires

Poids 12 kg
Dimensions 110 × 147 × 4 cm

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Seuls les clients connectés ayant acheté ce produit ont la possibilité de laisser un avis.