Un carré de soie comme un étendard

« Des gestes »
ligne de foulards en séries limitées


« Les prémices du jardin »

1ère collection

Voilà plusieurs mois que la plasticienne Marie Labat et moi travaillons à ce projet d’édition de foulards en soie en très petites séries.
Les motifs et illustrations de ces foulards sont issus d’une installation conçue par l’artiste l’an passé au moment du premier confinement. Marie Labat, également agricultrice, s’est intéressée à cette prise de conscience générale pour un retour aux fondamentaux. Cela s’est traduit, pour nombre d’entre nous, par le besoin de se rapprocher de la terre et de pratiquer les bons gestes, un retour de la main au travail potager par exemple. Ces gestes, elle les a observés quotidiennement au sein de sa ferme et en a dressé un inventaire. D’abord traduit en une installation plastique, la créatrice fait ensuite le lien avec le fichu ou foulard, support qu’elle désirait exploiter depuis longtemps.
Lorsqu’elle me présente le projet, je suis immédiatement convaincue par son idée. Vous le savez, je suis très enthousiaste quand il s’agit de pièces qui troublent les frontières entre les domaines. Ici nous évoluons entre œuvre d’art, édition limitée, design et mode.
Marie Labat réalise les premiers dessins. Un échange régulier se met alors en place entre nous. Il nous permet de réfléchir la sélection des gestes, de sélectionner une gamme de couleurs et de penser le motif selon la surface du carré de soie.

Ce travail aboutit à une collection de 5 foulards unisexes, chacun édité à seulement 12 exemplaires et qui fait aujourd’hui l’objet de précommandes.


Des foulards rares comme une édition d’art

À l’image d’un accessoire de haute couture, chaque modèle est fabriqué en une toute petite série de 12 exemplaires. Cela fait de ces foulards des pièces d’exception d’une grande rareté, que seules 12 personnes par motif porteront sur cette terre. Ces 5 éditions numérotées et signées sont comparables à des tirages limités de gravures. Cette rareté participe à leur préciosité, contribue à leur valeur et leur procure un statut d’œuvre d’art. Le fait qu’ils soient créés par une plasticienne n’est pas étranger à cela.
Acquérir l’un de ces foulards, c’est porté sur soi une création originale qui fait sens ; c’est emmener avec soi des gestes précieux pour continuellement nous rappeler ce qu’est l’essentiel ; enfin c’est porter un langage universel et intemporel : l’art !


Une fabrication française et artisanale

  • Un carré 100% twill de soie, 90 x 90 cm
  • Une impression jet d’encre haute précision sur tissu qui permet une exceptionnelle définition et garantit une qualité remarquable. Elle est réalisée par une Entreprise du Patrimoine Vivant. Graine de couleur emploie des encres à l’eau non polluante.
  • La soie en provenance de la Chine. Et oui, malheureusement il n’y a plus de mûrier en Europe.
  • Un tissage italien, une confection, une impression et des finitions françaises.
  • Un roulottage fait main.

Précommandez votre foulard

Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder à la page des préventes et découvrir la présentation exhaustive du projet.

La précommande via une plateforme de financements participatifs nous permet de conserver l’autonomie artistique et financière du projet. Nous assurons son indépendance vis-à-vis d’une marque ou d’un éditeur et conservons ainsi toute son intégrité.


5 motifs issus du travail de la terre


Marie Labat, plasticienne

Artiste et agricultrice, la terre lui transmet un certain nombre de savoirs, forme d’éducation à la nature. Le contrôle et la maîtrise des espaces naturels, toujours plus importants, sont de véritables asservissements. L’espace rural est le lieu d’une relation fondamentale entre nous et la nature, la terre et le vivant. Notre nature révèle notre culture. Nous modifions notre milieu. Nous en prenons le contrôle. Ce pouvoir exprime notre propre condition humaine. Témoin des changements imposés au paysage et aux Hommes par l’industrialisation agricole ou le manque de considération des fondamentaux par nos politiques et le grand public, Marie Labat est dans le désir incessant de comprendre comment notre culture, notre humanité existent et s’expriment dans notre usage du milieu naturel.
Elle détourne les objets de leur quotidien, des images de leur espace de vie, des éléments de leur territoire de campagne, des pratiques vernaculaires. Elle associe cette matière à des formes empruntées à notre société contemporaine, des références aux contextes sociaux, politiques ou économiques actuels, et révèle ainsi, notre propre rapport au monde, à notre culture, notre humanité. Dans chacun des médiums qu’elle emploie, (dessin numérique, installation, vidéo, sculpture), les éléments se rencontrent, comme un jardin en pousse fait de différentes parties formant un tout ; une mise en scène du quotidien et des images qui nous entourent pour une nouvelle narration, une confrontation d’idées, de matériaux, de contextes et de propos intellectuels. Ses œuvres intègrent parfois le paysage ou le corps du spectateur comme objet artistique. Elle aime imaginer des espaces où les oeuvres interagissent avec les lieux du quotidien.

PARCOURS · extrait

2021 · Exposition collective, « Maxi », association La Maison, labenne (64)

2017 · Exposition personnelle, « Adaptation », le MI[X] Galerie d’art contemporain de Mourenx (64)
2019 · « Les parenthèses de V. », galerie Virginie Baro, Château Le Clair de Lune, Biarritz (64)

2016-21 · Commissariat d’exposition « Rapprochement » avec La prairie des possibles, Lys, (64)

2014-15 · Résidence d’artiste à la maison de retraite Automne en Aspe à Osse en Aspe avec Les Phonies Bergères
2014 · Résidence d’artiste au Domaine du Château de Laàs avec le Conseil Dénéral des Pyrénées-Atlantiques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.