J-7 avant l’ouverture de l’exposition personnelle d’Hélène Morbu

“Le cabinet 1” – Solo show d’Hélène Morbu

Céramiques contemporaines

19 › 21 avril 2024 | 14 h – 19 h
Château d’Estrac
43 place du Général Monsabert – Hastingues

Plus que 7 jours avant l’ouverture de l’exposition personnelle consacrée au travail de céramique d’Hélène Morbu et intitulée “Le cabinet 1”. L’occasion pour moi de vous dévoiler les axes de recherche qu’ont été ceux de la plasticienne ces derniers mois et également de vous présenter cette fameuse bibliothèque de style empire au sein de laquelle l’ensemble de la production des pièces de l’artiste sera scénographiée.

Nous vous attendons dès le vendredi 19 avril à 14 h. Un vernissage est prévu ce même jour à 18 h.

Virginie


Une bibliothèque de style Empire

L’écrin d’une exposition de céramiques contemporaines

Vue des 2 meubles bibliothèques et sur la porte d’entrée de la pièce

Cette pièce est constituée de deux meubles principaux allant du sol au plafond spécifiquement adaptés pour l’espace et formant la bibliothèque. Les boiseries peintes façon stuc imitation marbre et les colonnades marquent le style Empire ; tout comme le trumeau de la cheminée qui arbore un fronton indiquant clairement la volonté de l’époque du retour à l’antique. La cheminée, type capucine, est en marbre coquillé de couleurs beige, ocre et noir. Le canapé et les deux fauteuils époque Charles X ou Restauration sont tapissés d’un velours rayé vert et beige. Une complémentarité de teintes se joue entre les murs cramoisis et le fond des rayonnages d’un bleu-vert turquoise.
Les meubles bibliothèques disposent de tiroirs vitrés, aménagés tel un cabinet de curiosité pouvant renfermer des objets exotiques et étonnant. Le lustre central est composé de pampilles de verre.
Le scriban, surmonté d’un plateau de marbre, accueille une partie de la collection de « faïences héraldiques » de Pierrefonds des propriétaires. Vase, cruche, jarre, récipient aux couleurs vert et rose s’accumulent ici.
La céramiste Hélène Morbu s’est imprégnée du lieu pour imaginer les œuvres de l’exposition selon trois axes de recherche.


Hortensias et livres comme sources d’inspiration…

… de soliflores et de vases en résille de terre

Cet espace particulièrement marqué esthétiquement a été le point de départ de la recherche plastique de la céramiste Hélène Morbu qui s’est articulée autour de quatre axes. 

Le florale

Il y a tout d’abord eu cette envie de ramener le point de vue offert sur le jardin à l’intérieur de la bibliothèque, et en particulier des hortensias qui bordent les fenêtres de la pièce. Leurs couleurs ne sont pas sans rappeler celles des faïences héraldiques de Pierrefonds posées sur le marbre du scriban : vert-bleu, fuchsia, violet. La céramiste a ainsi développé une collection de soliflores. De délicates colonnes (en référence aux boiseries) sont surmontées d’un bulbe s’épanouissant évoquant la fleur d’hortensia. Ces boutons en éclosion sont travaillés dans une délicate résille de terre ; une technique élaborée par l’artiste qui taquine les propriétés de dilatations et de rétractation du médium. Ces soliflores prendront place parmi les faïences héraldiques du scriban pour jouer avec l’accumulation existante et ainsi recréer comme une composition florale de céramiques ; une rencontre entre un passé manufacturé et un présent de pièces uniques réalisées à la main.

Hortus 4, grès teinté dans la masse vieux rose et incisé, couverte satinée, h27 x 7,5 x 7 cm
Vue sur une partie de la bibliothèque style empire

Le livresque

Ensuite, il y a eu l’observation des livres et de leur volume changeant. Tantôt, ils ne laissent voir qu’une tranche étroite, tantôt, ils offrent une plus large surface pouvant se déployer. Hélène Morbu pense alors un vase dont la lecture varie selon le point de vue adopté. Sa face plate rappelle le dos du codex, quand son ventre bombé d’une terre ajourée évoque l’ouvrage ouvert. Comme des serre-livres, ils peuvent s’associer en une paire placés dos à dos formant ainsi un plus large contenant pour accueillir une composition florale. Une bibliothèque est un lieu qui s’anime par la manipulation des livres, certains restent ainsi nonchalamment posés sur le coin d’une table. Cela a inspiré à l’artiste des vases couchés.


Extrait des pièces de la série “Hortus”

La paire

Il y a enfin, le manteau de la cheminée qui accueille traditionnellement une paire d’objets qui se répondent placés de part et d’autre de celui-ci. Ce peut-être des bronzes, des vases ou encore des bougeoirs. Hélène Morbu va questionner cette tradition en imaginant deux pièces destinées à orner un âtre.

La dentelle de terre

Le fil rouge des pièces de l’exposition est cette dentelle de terre. La créatrice utilise un peigne pour inciser la matière et ainsi augmenter sa plasticité. Il en résulte une surface étonnante qui s’étire comme une maille et s’ajoure comme de la dentelle. La texture obtenue n’est pas sans évoquer les reliures de cuir gaufré des livres présents dans cette bibliothèque.


Extrait de la série “Khroma”

Le château d’Estrac, un plongeon dans l’histoire

Un château 18e siècle restauré et décoré dans une recherche de vérité historique

Exposition collective de 10 artistes de la galerie Virginie Baro au Château d'Estrac à Hastingues dans les Landes.
© David Duchon-Doris

Cette majestueuse demeure a été bâtie sur un éperon rocheux surplombant la vallée des Gaves réunis. Située sur la place principale d’une bastide anglaise datant du 14e siècle — Hastingues, elle a connu trois principales phases de construction. 1660, la partie arrière (petite salle à manger et cuisine) est réalisée dans un pur classicisme français ; 1720, le style Régence (ou Louis XV) s’impose par la construction du grand escalier et du vaste vestibule ; 1804-10, la façade principale et la bibliothèque voient le jour dans une architecture et un décor de style Empire.
Les propriétaires, collectionneurs et chineurs assidus, s’emploient à restaurer chaque pièce dans le respect des codes de l’époque et en faisant appel à des artisans dotés de savoir-faire ancestraux. Il en résulte une véritable immersion dans la fin du 18e siècle, une plongée dans l’histoire de France que le visiteur et hôte apprécieront. En effet, il est à présent possible de loger au château puisque celui-ci est organisé autour de 4 suites, 3 chambres et un gîte. Les séjours auront tout le charme de l’art de vivre à la française dans un cadre idyllique dû notamment au magnifique parc arboré.


Informations pratiques

« Le cabinet 1 » Hélène Morbu

Exposition-vente de céramiques contemporaine
19 › 21 avril 2024 | 14h-19h
Château d’Estrac, bibliothèque
43 place du Général Monsabert – Hastingues

Vernissage 
Vendredi 19 avril 2024 · 18 h

Dîner en présence de l’artiste

Samedi 20 avril 2024 | 19 h

Places limitées
Réservation avant le 8 avril 2024

Tarifs, infos et réservation
05 58 73 12 20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.