Entretien avec un collectionneur d’art | Saison 01 – Épisode 02

Quelques mois après le premier épisode de la toute première saison de « Entretien avec un collectionneur d’art« , je vous dévoile aujourd’hui le deuxième volet qui met en lumière un couple, Jacques et Marie-Christine. Ils se sont prêtés au jeu des 5 et une question. Comme Thierry Rougier précédemment, ils se rendent régulièrement à mes expositions et suivent les artistes que je représente.
Je vous laisse en leur compagnie, le temps de cette courte interview.

Virginie


Marie-Christine et Jacques collectionnent des œuvres d’art depuis jeunes mariés

Marie-Christine et Jacques achètent des œuvres d’art depuis maintenant 40 ans et n’ont pas l’intention de s’arrêter là. Les murs, consoles, enfilades et autres commodes de leur maison en Bretagne sont parés de nombreux objets d’art et chinés qui attirent inéluctablement notre curiosité. Tous ont une histoire qu’ils seraient heureux de vous conter. Car une œuvre, en plus de contenir en elle les fruits d’une contemplation, est le réceptacle d’un souvenir de la vie, d’une rencontre, d’un échange. 

Le couple possède des pièces de 4 artistes de la galerie que sont Éliane Monnin, Marianne Cresson, Éléonore Deshayes et Claude Billès. Leur travail est à retrouver sur ma galerie d’art en ligne.

Derrière eux, Toréadoré, Marianne Cresson, bois, crin végétal et toile de jute, assemblage cloué et cousu, de textiles, passementerie, galons et clous décoratifs, 130 x 58 x 10 cm, 2008.


5 et 1 questions à un collectionneur d’art

1|Quels sont vos motivations à l’acquisition d’œuvres d’art ?

J. & M.-C. Nous pouvons acheter une oeuvre sur un coup de coeur, ou parce que nous connaissons l’oeuvre ou la renommée de l’artiste. Nous avons commencé il y a 40 ans ! Pour un jeune ménage, cela pourrait paraître accessoire, avec le recul, nous constatons que nous avons transmis ces valeurs-là à nos 3 enfants.
L’aspect compulsif peut être amusant, le désir de posséder, d’accumuler. La fierté de deviner un talent, un potentiel chez un jeune artiste, est similaire à la joie du chineur découvrant un trésor dans une brocante. 








Toréadoré, Marianne Cresson, bois, crin végétal et toile de jute, assemblage cloué et cousu, de textiles, passementerie, galons et clous décoratifs, 130 x 58 x 10 cm, 2008.

2|Quel est le médium que vous collectionnez le plus et pourquoi ?

J. & M.-C. Nous n’avons pas d’intention préalable, nous nous laissons surprendre et nos acquisitions englobent peintures, sculptures, collage, gravures.

Deux ensembles de pièces de la céramiste Éliane Monnin, faïence modelée, moulée, engobée et émaillée, dimensions variables.

3|Auprès de qui, de quel événement où de quel lieu achetez-vous des œuvres d’art généralement ?

J. & M.-C. Que ce soit chez nous en Bretagne ou sur les lieux de vacances, nous découvrons les expositions, visitons des ateliers et bien entendu, nous accordons beaucoup de confiance à l’oeil éclairé de Virginie Baro !

4|Suivez-vous certains galeristes précisément et si oui pourquoi ?

J. & M.-C. Nous n’avons pas de galeries attitrées, mais nous nous tenons informés des évènements et expositions.

5|Pouvez-vous expliquer ce que l’art vous procure ?

J. & M.-C. L’expression artistique est source de développement personnel tant pour l’artiste que pour l’amateur ou le collectionneur. Elle fait vivre des expériences émotionnelles, intellectuelles, des évènements marquants. Les oeuvres d’art nous émeuvent, nous irritent, nous révoltent, nous percutent. Elles sont le miroir de l’infinie richesse, de la beauté ou de la laideur de l’humanité. Elles sont source de partage d’expérience, de confrontation, de croisements de regards et même de communion universelle. Elles nous sortent du quotidien et nous invitent à une distanciation salutaire. Elles sont essentielles !


Dessin issu de la série « Carnet de Voyage » d’Éléonore Deshayes, technique mixte sur papier, 21 x 15 cm hors cadre.

6|La dernière : une réflexion supplémentaire à apporter sur l’art ou le fait de collectionner de l’art en général ?

L’achat d’une oeuvre à un jeune artiste va bien au-delà de la simple acquisition d’un objet, c’est aussi un achat de temps de création qui contribue à le conforter dans sa recherche. Enfin, gardons à l’esprit qu’une oeuvre s’inscrit dans une forme d’intemporalité, elle nous est prêtée pour un temps, elle est transmissible et sera aimée, conservée par d’autres après nous.

À droite, un dessin et collage d’Éléonore Deshayes issu de la série « Carnet de voyage », technique mixte sur papier, 21 x 15 cm hors cadre.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.